Ladies Italian Open

Morgane gagne en play-off !

C’est un eagle qui a envoyé Morgane «sur un petit nuage». La plus jeune des sœurs Métraux s’est imposée dans le barrage du Ladies Italian Open de la manière la plus spectaculaire qui soit. Un conte de fée, sous les yeux de Kim, qui a terminé pour sa part à la 7ème place.

Il aura fallu 32 ans pour qu’une Suissesse rejoigne la Zurichoise Evelyn Orley (vainqueur du Bonmont Ladies Swiss Classic) au palmarès du Ladies European Tour. Et il y a quelques semaines, on ne misait pas sur Morgane Métraux pour réussir cet exploit… En difficulté avec son jeu sur le LPGA Tour, la Lausannoise a modifié au dernier moment son programme pour venir recharger ses batteries «à la maison». Mais plutôt que de languir sur un canapé, elle s’est inscrite au Belgian Ladies Open de la semaine passée, en profitant de sa catégorie «Gains en carrière». Après une troisième place dont on a abondamment parlé, elle a décroché une invitation pour l’Italie : «A vrai dire, j’ai beaucoup hésité. J’aurais en effet dû rentrer aux Etats-Unis le week-end dernier, même si ce n’était que pour une semaine d’entraînement. Mais je me suis dit qu’avec les sensations que j’avais eues en Belgique, je me devais d’en profiter. Et je ne voulais pas non plus regretter de ne pas y être allée…»
Donc, dimanche dernier, branle-bas de combat à la maison, où Olivier Métraux doit arranger son agenda pour accompagner sa fille, qui n’a pas de caddy. Kim et Valérie étant parties devant, la famille se retrouve dans le Piémont : «Cela faisait deux ans qu’on n’était pas tous les quatre sur un tournoi», s’amuse Kim Métraux. «C’était vraiment sympa et totalement inattendu».
Et des surprises, il va encore y en avoir en Italie ! La première, c’est après le premier tour, où Kim et Morgane mènent le tournoi. «J’étais au départ du trou 18, quand j’ai vu que Morgane était en tête au club-house à -5», raconte Kim. «J’étais deuxième à -4 et ça m’a motivée pour un ultime birdie». Le LET ne s’est d’ailleurs pas privé de souligner cet exploit sur les réseaux sociaux, qui doit être unique dans l’histoire du circuit féminin.
Le lendemain, les joueuses du Golf de Lausanne rentrent un peu dans le rang, même si elles restent en embuscade. La faute à un long jeu un peu moins performant, de part et d’autre.
Pour le troisième et dernier tour, Kim démarre fort avec un birdie sur le premier trou : «J’ai retrouvé les sensations de swing du premier tour, où j’avais réussi 7 birdies. Mais mon putting est resté froid. J’ai fait une bonne partie, qui aurait pu être splendide. Ce qui me frustre au final, c’est que je ne suis qu’à 3 coups du play-off, mais que je me retrouve 7ème , en raison de la densité du champ de joueuses. Mais cette amertume a été vite effacée par la performance de Morgane et le plaisir d’être avec mes parents pour une telle occasion. Et comme mon jeu est bien en place, c’est un bon présage pour les quatre prochaines semaines de tournoi qui m’attendent».
Pendant ce temps, Morgane bataillait pour rester au contact des leaders. Dans le dernier flight de la compétition, pour la seconde semaine consécutive, elle était aux premières loges pour assister au rush de la Sud-Africaine Lee-Anne Pace et à la régulière progression de l’amateure italienne Alessandra Fanali et de la proette anglaise Meghan MacLaren : «Je ne drivais pas très bien pour ce dernier tour. J’étais dans le par après 14 trous et je me suis mis un coup de pied aux fesses ! J’ai pensé : vas-y à fond et ne regrette rien». Sur les quatre derniers trous du Golf Club Margara, Morgane a retrouvé les sensations de jeudi, qui lui avaient permis de réussir autant de birdies : «J’ai enfilé 3 mètres au 15, 3 mètres au 16 et… 3 centimètres au 17, pour rejoindre la tête». Lee-Anne ayant «explosé» dans l’intervalle, la sociétaire du LPGA Tour savait qu’un ultime birdie sur le par 5 du 18 suffirait pour s’imposer : «Le hic sur ce trou, c’est de toucher le fairway, pour avoir une chance de prendre le green en deux coups. Ce que je n’ai pas fait. Je l’ai donc joué en régulation et j’ai manqué le putt de 3 mètres pour birdie».
C’est sur ce même trou qu’Alessandra, Meghan et Morgane ont enchaîné pour le play-off, 5 minutes après que cette dernière ait signé sa carte. «Je n’ai pas fait un drive parfait, mais il était sur le fairway. J’avais 217 mètres au drapeau et je savais qu’un bon bois 3 serait le coup à jouer. Je l’ai touché parfaitement : il a pitché sur le début du green et remonté toute la pente, pour fini à 5 mètres du trou. Mes adversaires étaient aussi sur le green, mais plus loin. Elles ont bouclé leur trou avec un birdie. Je savais donc qu’un putt me donnerait la victoire. J’ai fait ma routine, pris mon temps, bien regardé ma ligne et ma balle a suivi idéalement cette courbe en descente…» Eagle, victoire, cri, émotion ! «Je ne réalise pas du tout», déclarait Morgane une heure après la remise des prix, les interviews et les embrassades. «Je suis juste heureuse de mon finish et bien installée sur mon petit nuage. C’est le premier play-off que je gagne et c’est vraiment une sensation géniale».
A l’heure d’écrire ces lignes, la golfeuse de 25 ans ne savait pas exactement ce que cette victoire va lui offrir, en plus de ce grand bonheur. «Tout ce que je sais pour l’instant, c’est que j’ai une super catégorie sur le LET pour deux saisons, que je vais certainement pouvoir venir jouer en Ecosse entre les majeurs d’Evian et du British Open et que ma confiance est complètement reboostée. Ca me suffit largement…»

Leaderboard :

https://ladieseuropeantour.com/reports-page/?tourn=1932&season=2022&report=tmscores~season=2022~params=P*3ESC03~#/home